L’AMA publie la Liste des interdictions 2022

(Ottawa, Ontario – le 27 octobre 2021) – L’Agence mondiale antidopage (AMA) a publié la Liste des interdictions 2022 qui entrera en vigueur au 1er janvier. La communauté sportive peut désormais consulter la Liste des interdictions 2022 et le Résumé des principales modifications et notes explicatives.

Le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES) encourage les athlètes et les membres du personnel d’encadrement à se familiariser avec la Liste et ses modifications.

Principales modifications pour 2022

Glucocorticoïdes (S9)

L’injection de glucocorticoïdes (toutes voies confondues – intraveineuse, intramusculaire, périarticulaire, intra-articulaire, péritendineuse, intratendineuse, épidurale, intrathécale, intrabursale, intralésionnelle [p. ex., intrachéloïdale], intradermique, subcutanée, etc.) sera interdite en compétition.

Il n’y a aucune modification concernant les autres modes d’administration de glucocorticoïdes.

Pour éviter d’enfreindre les règles antidopage par inadvertance, les athlètes doivent s’assurer que l’intervalle entre le moment d’administration et le début de la période de compétition respecte la période d’élimination des glucocorticoïdes, qui varie selon les doses autorisées par le fabricant. Voir la page 4 du Résumé des principales modifications et notes explicatives.

Comme pour tout autre médicament interdit, les athlètes qui ont un réel besoin médical peuvent demander une exemption médicale pour les glucocorticoïdes interdits.

Bêta-2 agonistes – Dosage de salbutamol (S3)

Tel qu’annoncé par l’AMA, le dosage quotidien passera de 800 µg sur 12 heures à 600 µg sur 8 h, à compter du moment où la dose est prise. Cette modification vise à prévenir les résultats d’analyse anormaux (RAA) après l’administration d’une forte dose. La dose maximale demeure fixée à 1 600 µg par période de 24 h. Toute prescription supérieure à ce seuil doit faire l’objet d’une exemption médicale.

Substances non approuvées (S0)

Le BPC-157, un peptide expérimental vendu en tant que supplément, a été ajouté à la Liste 2022 après avoir été réévalué. C’est la première fois qu’une substance est désignée par son nom à titre d’exemple dans la section S0 de la Liste.

Pour en savoir plus sur les modifications susmentionnées, voir le Résumé des principales modifications et notes explicatives.

Ressources

Les athlètes doivent faire preuve d’une grande prudence à l’égard de la consommation de médicaments, de suppléments et de produits de nutrition sportive.

Les ressources suivantes refléteront la Liste des interdictions au 1er janvier 2022.

La Liste des interdictions fait partie des huit Standards internationaux auxquels les signataires du Code mondial antidopage sont tenus d’adhérer. Elle indique les substances et les méthodes interdites en et hors compétition, de même que les interdictions propres à chaque sport. Elle a été publiée pour la première fois en 1963 par le Comité international olympique. Depuis 2004, l’AMA est responsable de préparer et de publier la liste, qui est mise à jour le 1er janvier de chaque année.

Des questions? Communiquez avec le CCES.
À propos du CCES

Le CCES est l’organisme national indépendant et à but non lucratif responsable de l’administration du Programme canadien antidopage. Nous reconnaissons que le sport sain peut faire une grande différence pour les individus, les communautés et notre pays. Le CCES reconnaît être subventionné en partie par le gouvernement du Canada. Nous nous engageons à bâtir un sport meilleur en travaillant en collaboration en vue d’activer un système sportif axé sur des valeurs et des principes; de protéger le sport des forces négatives du dopage et d’autres menaces contraires à l’éthique; et de faire la promotion d’un sport juste, sécuritaire et ouvert à tous.

Renseignements :

Megan Cumming
Gestionnaire des communications corporatives
+1 613-521-3340 poste 3233
[email protected]