L’AMA publie la Liste des interdictions 2021

(Ottawa, Ontario – le 26 octobre 2020) – L’Agence mondiale antidopage (AMA) a publié la Liste des interdictions 2021. Le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES) souhaite aviser la communauté sportive qu’elle entrera en vigueur le 1er janvier 2021, en même temps que le Code mondial antidopage 2021 et le Programme canadien antidopage 2021.
 
La Liste des interdictions 2021 et le Résumé des principales modifications et notes explicatives peuvent être consultés sur le site Web de l’AMA.
 
Voici quelques-unes des modifications et clarifications les plus importantes :
 
Nouvelle présentation : La présentation de la Liste des interdictions 2021 a été revue pour en simplifier la consultation. On y retrouve notamment une table des matières, une introduction comprenant des définitions, ainsi que des titres modifiés.
 
Substances donnant lieu à des abus : Un article a été ajouté au Code mondial antidopage 2021 et la cocaïne, la diamorphine (héroïne), la méthylènedioxyméthamphétamine (MDMA/ecstasy) et le tétrahydrocannabinol (THC) ont été désignés comme des substances donnant lieu à des abus. Cela signifie que si l’athlète peut démontrer que la consommation de l’une de ces quatre substances a été faite hors compétition et sans lien avec la performance sportive, la sanction sera de trois mois et pourra être réduite à un mois si l’athlète suit un programme de toxicomanie approuvé par le CCES.
 
S3 – Bêta-2 agonistes : La désignation du vilantérol passe de substance interdite à substance à seuil. Ainsi, le vilantérol par inhalation est maintenant autorisé jusqu’à la dose maximale recommandée par le fabricant. La dose est exprimée comme la dose mesurée de 25 microgrammes, qui équivaut à une dose délivrée de 22 microgrammes.
 
Le changement ci-dessous au sujet des glucocorticoïdes entrera en vigueur le 1er janvier 2022.
 
Glucocorticoïdes : La version provisoire de la Liste 2021 proposait l’interdiction de toutes les voies d’administration injectables de glucocorticoïdes en compétition. La modification a été approuvée, mais n’entrera en vigueur que le 1er janvier 2022. Le délai permettra aux autorités sportives de préparer des outils éducatifs pour les athlètes et leur personnel de soutien médical sur l’utilisation appropriée des glucocorticoïdes à des fins cliniques dans le contexte de la lutte contre le dopage.
 
Consultez les ressources suivantes du CCES pour savoir si vos médicaments sont interdits dans le sport. À partir du 1er janvier 2021, elles tiendront compte de la nouvelle liste.
Les athlètes doivent faire preuve d’une grande prudence à l’égard de la consommation de médicaments, de suppléments et de produits de nutrition sportive. Les athlètes à qui l’on a prescrit des médicaments interdits pour le traitement d’une maladie ou d’un problème médical peuvent demander une exemption médicale. Pour savoir s’ils doivent soumettre une demande d’exemption, à qui l’adresser et quelle documentation est requise, ils peuvent consulter l’Assistant exemption médicale.
 
La Liste des interdictions est une norme internationale qui identifie les substances et les méthodes interdites dans le sport. Elle a été publiée pour la première fois en 1963 par le Comité international olympique. Depuis 2004, l’AMA est responsable de préparer et de publier la liste, qui est mise à jour le 1er janvier de chaque année.
 
De plus, nous vous rappelons que le nouveau Programme canadien antidopage entrera en vigueur le 1er janvier 2021. Pour en savoir plus sur cette édition tant attendue, consultez l’avis du CCES.
 
Ressources complémentaires
À propos du CCES
Le CCES est l’organisme national indépendant et à but non lucratif responsable de l’administration du Programme canadien antidopage. Nous reconnaissons que le sport sain peut faire une grande différence pour les individus, les communautés et notre pays. Le CCES reconnaît être subventionné en partie par le gouvernement du Canada. Nous nous engageons à bâtir un sport meilleur en travaillant en collaboration en vue d’activer un système sportif axé sur des valeurs et des principes; de protéger le sport des forces négatives du dopage et d’autres menaces contraires à l’éthique; et de faire la promotion d’un sport juste, sécuritaire et ouvert à tous.
 
Renseignements :

Megan Cumming
Gestionnaire des communications corporatives
+1 613-521-3340 poste 3233
[email protected]