Punitions corporelles

Le CCES définit les punitions corporelles données aux enfants et aux adolescents qui pratiquent un sport comme une attitude ou un comportement découlant d’une mauvaise performance sportive ou de tout autre comportement indésirable qui blesse un athlète, qui le rend mal à l’aise ou qui l’humilie. Ces punitions :

  • ne sont pas liées logiquement à la performance sportive ou au comportement à changer;
  • ne sont pas liées logiquement à l’amélioration de la performance sportive;
  • sont désapprouvées par l’athlète (ses parents ou son tuteur) concerné par ces punitions.

La recherche démontre de plus en plus que les punitions corporelles nuisent aux enfants et aux adolescents sur les plans émotionnel et psychologique. Bien qu’il n’y ait pas eu d’études dans un contexte de sport, il s’ensuit que le recours à des châtiments corporels dans le sport peut être tout aussi dommageable.

Le CCES n’appuie pas l’usage de châtiments corporels dans le sport et entend travailler à éduquer la communauté sportive sur cette question et invite à poursuivre les recherches dans ce domaine.

Voir aussi...

Punitions corporelles données aux enfants et aux adolescents qui pratiquent un sport ou qui s’adonnent à un loisir (PDF)

Les pratiques qui sont physiquement punitives et destinées à humilier les enfants et les jeunes dans le sport ne contribuent pas à développer les habiletés sportives, la vitesse, la force, l’endurance ou le respect. Elles ne font que du tort.