Un athlète en para-athlétisme suspendu pour manquements à ses obligations en matière de localisation

(Ottawa, Ontario – 27 juillet 2016) – Le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES) vient d’annoncer qu’Earle Connor, un athlète en para-athlétisme, s’est vu imposer une suspension de quatre ans pour une violation des règles antidopage.

M. Connor a commis cette violation pour avoir cumulé deux contrôles manqués et un manquement à l’obligation de transmissions d’informations sur sa localisation à l’intérieur d’une période continue de 12 mois. En vertu du règlement 2.4 du Programme canadienne antidopage (PCA), un athlète qui commet toute combinaison de trois contrôles manqués et/ou manquements à l’obligation de transmission d’informations sur sa localisation pendant une période de 12 mois peut être reconnu coupable d’une violation des règles antidopage. 

La sanction initiale standard pour une violation des règles connexes aux obligations en matière de localisation est une suspension de deux ans. Étant donné que M. Connor purge présentement une sanction pour une violation des règles antidopage commise en 2015 en raison d’une substance interdite trouvée dans son échantillon, la présente violation pour manquements à ses obligations en matière de localisation est traitée comme une deuxième violation aux règlements antidopage et est passible d’une suspension de quatre ans.

Conformément au PCA, un athlète qui omet de prendre part au processus de gestion des résultats est réputé avoir renoncé à contester les allégations à son encontre, et la violation aux règles antidopage alléguée et la sanction qui en découle sont confirmées. Étant donné que M. Connor s’est abstenu de participer au processus de gestion des résultats, la violation a été confirmée et une sanction lui a été imposée le 5 juin 2106. Par conséquent, il est interdit à M. Connor, qui réside à Calgary, en Alberta, de participer, peu importe à quel titre, à tout sport organisé signataire du Programme canadien antidopage (PCA), y compris de s’entraîner avec ses coéquipiers, et ce, jusqu’au 4 juin 2020.   

Conformément à la règle 7.10 du PCA, Partie C, une copie de la lettre dans laquelle le CCES énonce les motifs de sa décision est affichée à l’adresse suivante : www.cces.ca/fr/registre-canadien-des-sanctions-antidopage.   

Le Centre canadien pour l’éthique dans le sport est l’organisme national indépendant et à but non lucratif responsable de l’administration du PCA. En vertu des règles du PCA, le CCES est tenu de rendre publique toute violation aux règles antidopage. Nous reconnaissons que le sport sain peut faire une grande différence pour les individus, les collectivités et notre pays. Nous avons pris l’engagement de travailler en collaboration à activer un système sportif basé sur des valeurs et animé par des principes; à protéger l’intégrité du sport des forces négatives du dopage et d’autres menaces non éthiques; et à défendre le sport juste, sécuritaire et ouvert à tous.

                                                                                                                                            

 

-- 30 --

 

Pour en savoir davantage, communiquez avec :
Megan Cumming
Gestionnaire des communications corporatives
+1 613-521-3340 poste 3233
mcumming@cces.ca