Les suppléments renfermant de la méthylhexanéamine ou DMAA à l’origine de violations des règles antidopage

(Ottawa, Ontario – Le 15 novembre 2010) – Le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES) tient à informer les athlètes et leur personnel d’encadrement que les suppléments qui renferment de la méthylhexanéamine, un stimulant interdit dans le sport, et couramment disponibles au Canada, sont à l’origine de plusieurs violations des règles antidopage recensées dans le monde entier au cours de la dernière année.

Dans la Liste des interdictions de l’Agence mondiale antidopage (AMA), version 2010 et version 2011, la méthylhexanéamine (diméthylpentylamine) figure au nombre des stimulants interdits en compétition.  Récemment, le contrôle de neuf athlètes australiens s’est avéré positif en raison de l’usage de méthylhexanéamine et ces derniers risquent de se voir imposer une suspension de deux ans. Pareillement, l’usage de ce stimulant a entraîné la perte de deux médailles aux Jeux du Commonwealth 2010.  Plus tôt cette année, la Ligue majeure de baseball (MLB) a annoncé que la méthylhexanéamine était à l’origine de plusieurs suspensions au sein de ligues mineures de baseball. 

La United States Anti-Doping Agency (USADA) a rendu public en janvier 2010 la suspension pour une durée de six mois d’un athlète en raison de la méthylhexanéamine dépistée dans son échantillon. L’USADA a confirmé qu’un supplément consommé par l’athlète renfermait de la méthylhexanéamine, bien que cet ingrédient ne figurait pas sur l’étiquette du produit.

Au Canada, la méthylhexanéamine n’est pas un ingrédient trouvé dans les médicaments approuvés par Santé Canada mais est présente dans les pilules énergisantes (« party pills ») et les suppléments. Il s’agit d’une substance que l’on trouve surtout dans les suppléments amaigrissants et les produits vendus aux culturistes.

La méthylhexanéamine porte diverses appellations, dont les suivantes :

  • méthylhexanéamine OU méthylhexanamine
  • 1,3-diméthylpentylamine OU pentylamine
  • 1,3-diméthylamylamine OU DMAA
  • Geranamine
  • Floradrene
  • 2-hexanamine, 4-méthyl- OU 2-hexanamine, 4-méthyl- (9CI) OR 4-méthyl-2-hexanamine OU 4-méthyl-2-hexylamine
  • 4-méthylhexan-2-amine OU 2-amino-4-méthylhexane
  • Forthan OU Forthane OR 1,3-diméthylamylamineforthane
  • C7H17N

Au fil des ans, le CCES a émis de multiples mises en garde concernant l’usage de suppléments, y compris une mise en garde sur cette même substance en 2009. Les athlètes qui choisissent de consommer des suppléments doivent faire extrêmement attention à l’origine de ces produits et de leurs effets. En vertu des règlements du Programme canadien antidopage, les athlètes doivent assumer l’entière responsabilité de toute substance trouvée dans leur échantillon de contrôle de dopage, peu importe comment elle s’y est retrouvée.

Le CCES est un organisme indépendant, national et sans but lucratif. Notre mission, soit la promotion de l’éthique dans le sport au Canada, se réalise grâce à la recherche, la promotion, l’éducation, la détection et la dissuasion, ainsi que par divers programmes et partenariats avec d’autres organismes.

Lecture supplémentaire :

Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec :
Cori McPhail, Gestionnaire des communications et de la technologie
<613 521-3340, poste 3210
cmcphail@cces.ca

(Also available in English)