Les perfusions intraveineuses non médicales sont interdites dans le sport

 

(Ottawa, Ontario – le 26 septembre 2007) – Le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES) tient à informer la communauté sportive que les perfusions intraveineuses sont interdites dans le sport, à moins d’indications médicalement fondées. Certains rapports laissent entrevoir que du personnel d’encadrement non médical administrerait des infusions intraveineuses aux athlètes afin de favoriser leur récupération durant l’entraînement. Cette pratique est interdite par la Liste des interdictions de l’Agence mondiale antidopage (AMA). 

La Liste des interdictions de l’AMA, appliquée par le Programme canadien antidopage, précise ce qui suit :  

MÉTHODES INTERDITES

M2. MANIPULATION CHIMIQUE ET PHYSIQUE

2. Les perfusions intraveineuses sont interdites, excepté dans le cadre

légitime d'un traitement médical. 

La plupart des athlètes et des membres du personnel d’encadrement des athlètes sont au courant des diverses catégories de substances interdites, mais sont moins familiers avec les méthodes interdites. Si les ingrédients que renferme une perfusion de multivitamines et de minéraux connue (comme le cocktail de Myers) ne figurent pas sur la Liste des interdictions, le mode d’administration par perfusion intraveineuse à des fins non médicales fait quant à lui partie des méthodes interdites. 

Le CCES tient à informer les athlètes et leur personnel d’encadrement sont sujet à une violation aux règlements antidopage relativement à cette pratique. Il incombe à tous les athlètes de haut niveau de prendre attentivement connaissance du contenu de la Liste des interdictions. Le CCES est très clair à ce sujet : Les perfusions intraveineuses ne doivent être administrées que sous ordonnance, strictement sous la supervision de personnel médical qualifié, et ce uniquement dans le cadre légitime d'un traitement médical. 

Le CCES est un organisme indépendant, national et sans but lucratif. Notre mission, soit la promotion de l’éthique dans le sport au Canada, se réalise grâce à la recherche, la promotion, l’éducation, la détection et la dissuasion, ainsi que par divers programmes et partenariats avec d’autres organismes.

 

Pour plus de renseignements, prière de s’adresser à :
Rosemary Pitfield, directrice des communications 
(613) 521-3340, poste 3236
(613) 355-0889
rpitfield@cces.ca

(Also available in English)