Les joueurs de football de Sport interuniversitaire canadien suspendus pour présence d’agents anabolisants

(Ottawa, Ontario – 8 mai 2015) – Le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES) a annoncé aujourd’hui que cinq joueurs de football de Sport interuniversitaire canadien (SIC) ont fourni des échantillons d’urine qui ont révélé la présence d’une substance interdite en vertu du Programme canadien antidopage (PCA). Les échantillons d’urine des athlètes ont été prélevés hors compétition, du 25 au 27 mars 2015, au cours des camps d’évaluation de la Ligue canadienne de football (LCF) de Toronto, en Ontario, et de Montréal, au Québec.

Quand le CCES a avisé les athlètes que leur échantillon avait révélé la présence d’une substance interdite, quatre joueurs ont renoncé à leur droit à une audience et accepté une suspension de quatre ans.

Voici les résultats des contrôles du dopage échelonnés sur trois jours.

25 mars 2015 :

L’échantillon de Kayin Marchand-Wright, de l’Université Sainte-Marie, a révélé la présence de SARM-22. La sanction de monsieur Marchand-Wright prendra fin le 25 mars 2019. Il habite à Montréal, au Québec.

L’échantillon de Matthew Norzil, de l’Université Laval, a révélé la présence de SARM-22. La sanction de monsieur Norzil prendra fin le 25 mars 2019. Il habite à Montréal, au Québec.

26 mars 2015 :

L’échantillon Melvin Abankwah, de l’Université Sainte-Marie, a révélé la présence de métandiénone. La sanction de monsieur Abankwah prendra fin le 26 mars 2019. Il habite à Toronto, en Ontario.

27 mars 2015 :

L’échantillon de Jonathan Langa, de l’Université Sainte-Marie, a révélé la présence de métandiénone et de stanozolol. La sanction de monsieur Langa prendra fin le 27 mars 2019. Il habite à Toronto, en Ontario.

Aucun de ces athlètes ne peut participer de près ou de loin à un sport signataire du PCA, incluant les séances d’entraînement avec les coéquipiers, jusqu’à ce que leur suspension prenne fin.

Quant à l’autre athlète qui a fourni un échantillon révélant la présence d’une substance interdite au cours des camps d’évaluation de la LCF, le CCES confirme aujourd’hui qu’il a violé une règle antidopage :

L’échantillon de Marvin-James Golding, de l’Université Sainte-Marie, a révélé la présence de SARM-22. Il habite à LaSalle, au Québec.

En vertu de règles du PCA, cet athlète a le droit d’exiger une audience pour contester l’affirmation du CCES. Son dossier demeure ouvert.

Le Centre canadien pour l’éthique dans le sport est l’organisme national indépendant et à but non lucratif responsable de l’administration du Programme canadien antidopage. En vertu des règles du PCA, le CCES est tenu de rendre publique toute violation aux règles antidopage. Nous reconnaissons que le sport sain peut faire une grande différence pour les individus, les collectivités et notre pays. Nous avons pris l’engagement de travailler en collaboration à activer un système sportif basé sur des valeurs et animé par des principes; à protéger l’intégrité du sport des forces négatives du dopage et d’autres menaces non éthiques; et à défendre le sport juste, sécuritaire et ouvert à tous. 

 

-- 30 --

 

Pour en savoir davantage, communiquez avec :

Megan Cumming
Gestionnaire des communications corporatives
+1 613-521-3340 x3233
mcumming@cces.ca

Michel Belanger
Gestionnaire, Communications et relations avec les médias, SIC
613 562-5670, poste 25
belanger@universitysport.ca