Le piracétam pourrait contenir un stimulant interdit

(Ottawa, Ontario – 8 décembre 2017) – Le Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES) aimerait aviser les athlètes, le personnel de soutien et la communauté sportive que le piracétam, un supplément (particulièrement en capsules), acheté auprès de Nootropics City peut contenir de l’adrafinil, un stimulant interdit. Le CCES encourage fortement les athlètes à cesser immédiatement tout usage du piracétam.

L’adrafinil figure dans la Liste des interdictions 2017 de l’Agence mondiale antidopage (AMA) à titre de stimulant interdit en compétition. Puisque l’adrafinil est une substance non spécifiée, les athlètes s’exposent à une suspension de quatre ans si leur échantillon d’urine révèle la présence d’adrafinil.

Le CCES aimerait également rappeler aux athlètes le principe antidopage de base de la responsabilité stricte. En vertu des règles du Programme canadien antidopage (PCA) et du Code mondial antidopage, l’athlète est responsable de toutes les substances présentes dans ses échantillons.

On ne peut faire pleinement confiance aux étiquettes qui figurent sur les emballages des suppléments. Certains fabricants produisent des suppléments qui contiennent des substances interdites NE figurant PAS sur l’étiquette, soit délibérément ou en raison de la contamination. Au fil des années, le CCES a émis de nombreux avertissements sur les suppléments et aimerait une fois de plus rappeler aux athlètes qui choisissent de consommer des suppléments de faire preuve d’une grande prudence et d’évaluer soigneusement la provenance et l’objectif des produits.

Le CCES recommande fortement aux athlètes de ne pas consommer de suppléments pour éviter que leur échantillon révèle la présence d’une substance interdite. Si vous avez déterminé que la prise de suppléments en vaut la peine, minimisez votre risque en vous assurant que le sceau NSF Certified for Sport apparaît sur l’étiquette des suppléments que vous désirez consommer. Vous pouvez consulter la liste complète des produits certifiés au www.nsfsport.com.

Lecture supplémentaire :

Le Centre canadien pour l’éthique dans le sport est un organisme national indépendant et à but non lucratif. Nous reconnaissons que le sport sain peut faire une grande différence pour les individus, les collectivités et notre pays. Nous avons pris l’engagement de travailler en collaboration à activer un système sportif basé sur des valeurs et animé par des principes; à protéger l’intégrité du sport des forces négatives du dopage et d’autres menaces non éthiques; et à défendre le sport juste, sécuritaire et ouvert à tous. 

Pour en savoir davantage, communiquez avec :
Megan Cumming
Gestionnaire des communications corporatives
+1 613-521-3340 poste 3233
mcumming@cces.ca