« Le CIO doit interdire la Russie maintenant – avant qu’il ne soit trop tard. »

(Ottawa, Ontario – 30 novembre 2017) – Il pourrait y avoir des conséquences désastreuses pour le sport international à moins que le Comité international olympique (CIO) n’exclue l’équipe olympique russe des prochains Jeux olympiques d’hiver en Corée du Sud.

Tel est le message diffusé aujourd’hui par Paul Melia, président et directeur général du Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES), dans la foulée d’un symposium sur le sport éthique tenu la semaine dernière à Calgary par le Comité olympique canadien.

« Les discussions franches, sans détour, parmi les dirigeants du sport canadien renforcent la conviction du CCES quant au besoin d’une action claire, décisive, du CIO », a déclaré Paul Melia. «Le Comité international paralympique et la Fédération internationale des associations d’athlétisme ont compris les conséquences potentielles pour le sport et ont agi quand la preuve est devenue manifeste il y aura bientôt deux ans. Et de nombreux autres organismes nationaux de lutte contre le dopage exigent tous une interdiction depuis des mois. »

Les commentaires de Paul Melia arrivent au moment où le bureau exécutif du CIO se prépare à une rencontre cruciale mardi prochain à Lausanne. Les membres du bureau examineront les résultats de deux commissions du CIO créées dans le sillage des preuves irréfutables contenues dans deux rapports de l’Agence mondiale antidopage (AMA) préparés par le professeur canadien Richard McLaren.

« Nous avons atteint un moment charnière alors qu’il s’agit de la confiance des athlètes et du public dans l’intégrité du mouvement olympique », déclare Paul Melia. « Nous devons nous interroger sur ce que cela pourrait signifier pour l’avenir des Jeux olympiques si la Russie est autorisée à s’en tirer à la suite de la plus importante conspiration de dopage de l’histoire. Si le public ne peut être sûr que tous les athlètes compétitionnent de façon honnête, nous pourrions perdre son intérêt à tout jamais. »

Paul Melia note aussi que l’AMA est sur le point de mettre en vigueur une nouvelle norme de conformité à compter du 1er avril 2018, incluant des sanctions qui répondent à ce genre de tricherie systémique qui a été documentée dans les rapports de l’AMA.

 « En vertu de la nouvelle norme, un pays serait banni des prochains Jeux olympiques pour ce genre de non-conformité subversive », déclare-t-il. « Bien que cela puisse aider à l'avenir, le CIO doit faire face à la situation actuelle et interdire la Russie de ces Jeux. »

À propos du CCES

Le CCES est un organisme national indépendant à but non lucratif ayant la responsabilité d’administrer le Programme canadien antidopage. Nous reconnaissons que le sport sain peut faire une grande différence pour les personnes, les communautés et notre pays. Nous avons pris l’engagement de travailler en collaboration à mettre en œuvre un système sportif fondé sur des valeurs et animé par des principes; à protéger l’intégrité du sport des forces négatives du dopage et autres menaces contraires à l’éthique; et à faire la promotion d’un sport honnête, sécuritaire et ouvert à tout le monde.

-- 30 --

Pour en savoir davantage, communiquez avec :
Megan Cumming
Gestionnaire des communications corporatives
+1 613-521-3340 poste 3233
mcumming@cces.ca