La Collaboration canadienne sur les commotions cérébrales précise les caractéristiques d’une « bonne clinique de commotion cérébrale »

(Ottawa, Ontario – le 29 août 2017) – La Collaboration canadienne sur les commotions cérébrales (CCC) présente un guide visant à aider les parents et leurs enfants à choisir une bonne clinique de commotion cérébrale.

Les signes ou les symptômes d’une commotion cérébrale peuvent comprendre des maux de tête, une vision floue, des étourdissements, de la nausée ou des vomissements, et une sensibilité à la lumière ou au bruit. Environ neuf fois sur dix, les symptômes disparaissent progressivement en sept à dix jours, mais ceux chez qui les symptômes persistent peuvent avoir besoin d’un plan de traitement personnalisé.

Il peut être déroutant de trouver une bonne clinique de commotion cérébrale qui offre des services de prise en charge et de traitement. Le document intitulé 4 caractéristiques d’une bonne « clinique de commotion cérébrale » présente les questions à poser à une clinique pour s’assurer de recevoir des soins de qualité, respectant les lignes directrices en vigueur.

« Le guide présente des questions importantes à poser et la meilleure approche de la prise en charge et du traitement des commotions cérébrales », explique le Dr Pierre Frémont, président de la CCC et professeur au Département de réadaptation de la Faculté de médecine de l’Université Laval.

Les quatre principales caractéristiques dont il faut tenir compte quand on choisit une clinique de commotion cérébrale sont les suivantes :

  1. Accès à un médecin : La clinique devrait avoir un accès opportun à un médecin ayant une expérience du traitement des commotions cérébrales et pouvant faire l’évaluation initiale, offrir des soins directs et émettre un certificat médical final.
  2. Équipe de professionnels de la santé autorisés de disciplines reconnues : La clinique devrait avoir accès à des professionnels de la santé autorisés de disciplines reconnues. Ces personnes peuvent offrir une expertise additionnelle et travailler avec le médecin pour élaborer un plan de traitement personnalisé.
  3. Respect des normes de soins les plus à jour : Les normes de soins recommandées sont régulièrement mises à jour par des groupes d’experts, et sont partagées dans des documents comme le Consensus international sur les commotions cérébrales dans le sport.
  4. Outils, tests et recommandations utilisés : La clinique devrait effectuer les tests recommandés par le plus récent Consensus international sur les commotions cérébrales dans le sport afin d’évaluer divers aspects comme les symptômes, les fonctions mentales et l’équilibre. Les tests neuropsychologiques présaison (baseline) ne sont pas recommandés chez les enfants et les adolescents.

« Des soins et un traitement de qualité sont essentiels pour bien se remettre d’une commotion cérébrale. La capacité de trouver une bonne clinique de commotion cérébrale qui a recours aux meilleures pratiques prodiguées par des professionnels de la santé qualifiés est une première étape importante », ajoute le Dr Frémont.

La Collaboration canadienne sur les commotions cérébrales (CCC) a pour mission de créer une synergie entre les organisations qui s’intéressent à la question afin d’améliorer la sensibilisation à cet égard et la mise en oeuvre de pratiques exemplaires de prévention et de prise en charge des commotions cérébrales.

  • La CCC comprend des membres des organisations suivantes :
  • Académie canadienne de la médecine du sport et de l’exercice
  • Association canadienne des médecins d’urgence
  • Association canadienne des thérapeutes du sport
  • Association canadienne des ergothérapeutes
  • Centre canadien pour l’éthique dans le sport
  • Association chiropratique canadienne
  • Association médicale canadienne
  • Société canadienne de neurochirurgie
  • Société canadienne de pédiatrie
  • Association canadienne de physiothérapie
  • Société canadienne de psychologie
  • Collège des médecins de famille du Canada
  • National Emergency Nurses Association
  • Association médicale de l’Ontario – Section de la médecine du sport
  • Fondation ontarienne de neurotraumatologie
  • Parachute Canada
  • Collège royal chiropratique des sciences du sport (Canada)

Pour obtenir plus d’information, veuillez visiter le http://casem-acmse.org/fr/education/cccfr/.

Pour toute demande d’entrevue, veuillez communiquer avec : Dawn Haworth, Directrice de l’administration, Académie canadienne de la médecine du sport et de l’exercice, dhaworth@casem-acmse.org, 613 748-5851, poste 1

À propos du CCES

Le CCES est l’organisme national indépendant et à but non lucratif responsable de l’administration du Programme canadien antidopage. Nous reconnaissons que le sport sain peut faire une grande différence pour les individus, les collectivités et notre pays. Nous avons pris l’engagement de travailler de façon collaborative pour engendrer un système sportif basé sur des valeurs et animé par des principes; de protéger l’intégrité du sport des forces négatives du dopage et d’autres menaces non éthiques; de défendre le sport juste, sécuritaire et ouvert à tous.

 

-- 30 --

Pour en savoir davantage, communiquez avec :
Megan Cumming
Gestionnaire des communications corporatives
+1 613-521-3340 poste 3233
mcumming@cces.ca