Prendre une mauvaise décision pour de bonnes raisons?

Récemment, la United States Anti-Doping Agency (USADA) a déterminé à l’encontre de Lance Armstrong plusieurs violations aux règles antidopage et proposé à son encontre l’imposition des sanctions indiquées pour de telles violations en vertu du Code mondial antidopage. M. Armstrong avait le droit de contester ces allégations et les sanctions envisagées à son encontre dans le cadre d’une audition tenue par un tribunal indépendant auquel siégeaient trois arbitres indépendants accrédités auprès de l’association des arbitres des États-Unis. M. Armstrong a renoncé à son droit à une audition en sachant que cette décision équivaudrait à reconnaître les violations et lui vaudrait les sanctions déterminées par l’USADA. Les sanctions imposées à M. Armstrong englobent l’interdiction à vie de participer à toute activité sportive assujettie au Code mondial antidopage. Aux États-Unis, cette radiation englobe l’interdiction de participer à tout événement sportif sous les auspices d’un organisme directeur de sport signataire du Code mondial antidopage.  

Cette décision a été récemment appliquée quand M. Armstrong a cherché à participer au Marathon de Chicago, une manifestation sportive homologuée par l’Association d’athlétisme des États-Unis. Le comité organisateur du Marathon de Chicago a été tenu, en raison de la radiation à vie imposée à M. Armstrong, de lui interdire de participer à ce marathon.

Après quoi, M. Armstrong a décidé de s’inscrire au Half Full Triathlon du Maryland qui se tiendra le 7 octobre 2012. Cette manifestation est homologuée par l’organisme USA Triathlon dont les activités sont assujetties au Code mondial antidopage. Comme pour le Marathon de Chicago, les organisateurs du Half Full Triathlon se devait d’interdire à  M. Armstrong de participer à cet événement. En autorisant M. Armstrong à participer à leur manifestation homologuée, les organisateurs allaient s’exposer à une sanction disciplinaire auprès d’USA Triathlon.

Les organisateurs du Half Full Triathlon du Maryland ont décidé de faire de cet événement une manifestation non homologuée pour permettre à M. Armstrong d’y participer. Il semble que le retrait de cette homologation du USA Triathlon aura peu de conséquence pour les organisateurs du Half Full Triathlon alors que les fonds additionnels générés par la participation de M. Armstrong sont d’une grande importance pour eux. La mission du Half Full Triathlon est en effet de recueillir des fonds au profit de la recherche sur le cancer. La Fondation Livestrong de M. Armstrong a amassé à ce jour des millions de dollars pour la recherche sur le cancer et M. Armstrong a survécu lui-même à un cancer.

Personne ne s’oppose à la collecte de fonds au profit de la lutte contre le cancer. Mais en trouvant un moyen de contourner la radiation à vie de M. Armstrong pour dopage, les organisateurs du Half Full Triathlon ne risquent-t-ils pas par leur décision de nuire davantage à cette manifestation que de lui être bénéfique? Le dopage est interdit dans le sport pour une raison bien simple. L’usage de substances interdites est susceptible de nuire à la santé des athlètes qui choisissent d’en faire usage. Si les athlètes peuvent en toute impunité se doper et faire fi des risques pour leur santé, cela exerce des pressions sur tous les athlètes et les incite à user de substances et méthodes dopantes et à mettre leur propre santé en péril. La vaste majorité des athlètes ne veulent pas prendre ce risque. Ils aspirent à un sport propre et veulent se mesurer à des athlètes propres. La décision des organisateurs du Half Full Triathlon du Maryland a ceci d’encore plus perturbant, qu’elle enseigne implicitement aux enfants que les athlètes et les organisateurs de manifestations sportives approuvent le dopage. Et de jeunes enfants comprendront dans cette décision que le dopage est une façon de réussir dans le sport. Et en raison de leur jeune âge, ils n’auront pas la maturité requise pour prendre leur propre décision éclairée quand se posera la question de se doper ou non. On sait que les conséquences du dopage pour la santé peuvent s’avérer encore plus catastrophiques pour des enfants qu’elles ne le sont déjà pour des athlètes adultes.

En autorisant M. Armstrong à participer à leur Half Full Triathlon, les organisateurs du Maryland accordent davantage d’importance aux fonds additionnels amassés par leur événement, bien que ces fonds soient destinés à la recherche sur le cancer, qu’à la santé et au bien-être des enfants de leur État et de leur pays.

 

Tags: 
Dopage