Perdre la bataille, gagner la guerre

7 avril 2011

En décembre 2009, un sondage d’opinion a révélé que 73 % des Canadiens étaient d’accord pour que le saut à skis féminin constitue une discipline olympique, particulièrement dans le cadre des Jeux olympiques de 2010 à Vancouver. Ce mois-ci, un groupe de sauteuses à skis a demandé à la Cour suprême du Canada de statuer sur la décision de la Cour suprême de la Colombie-Britannique selon laquelle la Charte canadienne des droits et libertés ne s’applique pas au processus de sélection pour les sports olympiques. La Cour suprême de la Colombie‑Britannique a statué que, bien que l’exclusion du saut à skis féminin soit discriminatoire, elle ne détenait pas l’autorité pour obliger le Comité international olympique (CIO) à inclure la discipline aux Jeux olympiques. En dernier ressort, la Cour suprême du Canada a refusé de statuer sur l’appel.

La décision de la Cour suprême de la Colombie-Britannique et la décision ultérieure de la Cour suprême du Canada par rapport à cet appel ont suscité beaucoup d’intérêt de la part des médias et du public. Il n’est pas sans dire que cet enjeu a retenu l’attention du CIO qui a fondé sa décision sur des raisons techniques, notamment en citant l’argument « de la profondeur de champ » (le même argument dans le débat à savoir si le hockey féminin devrait continuer de faire partie des disciplines olympiques ou non).

Dans le cadre d’une rencontre à Londres, Angleterre, le CIO a accepté d’inclure le saut à skis féminin aux Jeux olympiques de 2014 à Sochi, Russie. J’ai l’impression que la profondeur de champ n’a pas vraiment changé depuis décembre 2009, mais peut-être que la sensibilité du CIO par rapport à l’égalité des sexes a évolué. Il est important de féliciter les sauteuses à skis pour les efforts inlassables qu’elles ont déployés quant à la poursuite de la cause en 2009 et à la controverse qu’elles ont provoquée à la suite de la décision du CIO. Bien que ces combattantes aient perdu leur bataille en 2009, elles doivent être fières de savoir que leurs efforts ont indéniablement permis d’inclure le saut à skis féminin aux disciplines olympiques. Hier, elles ont finalement gagné la guerre.

Tags: 
Inclusion