Mettre les morceaux ensemble (partie 3)

27 février 2013

Dans mon billet d’hier, j’ai comparé le système sportif canadien à un tabouret à quatre pattes, chacune des pattes représentant une partie essentielle du système (la participation, l’excellence sportive de haut niveau, la préparation d’entraîneurs compétents et le savoir-faire physique). Mais qu’en est-il des valeurs dans le sport? 

La Politique canadienne du sport met de l’avant une liste de valeurs tirées des résultats d’une récente consultation publique. Je vous inviterais à vous reporter aux sept Principes Sport pur (www.truesportpur.ca/fr/principles). Ces principes reposent sur la liste des valeurs les plus chères à la population canadienne, celles qu’elle nous répète encore et encore, et celles qu’elle aspire voir inculquées dans le sport canadien (les deux ensembles de valeurs sont très similaires, soulignons-le).

Quelle place occupe cet élément – c’est-à-dire les sept Principes pour le sport – dans notre tabouret? Y aurait-il une cinquième patte à notre tabouret? Non. Je soutiens, pour ma part, que les Principes Sport pur, ou les valeurs mises de l’avant dans notre système sportif, constituent le matériau même dont est fabriqué ce tabouret. Lorsque le tabouret est fabriqué des Principes Sport pur, il est solide et durable comme le chêne. Lorsqu’une patte du tabouret n’est pas faite des Principes Sport pur, toute la solidité et l’équilibre du système et de ses valeurs s’en trouvent compromis. 

Mettre les Principes Sport pur au centre de l’élaboration des politiques du sport et des programmes, à tous les niveaux du sport au Canada, et les enseigner au jeu, n’est pas une tâche aisée. Et parce que ce n’est pas une tâche aisée, il semble que la Politique canadienne du sport 2012 a choisi de ne pas relever le défi en donnant à entendre qu’il suffit d’énoncer dans des codes d’éthique et de conduite les valeurs/principes que les Canadiens souhaitent voir inculqués dans l’expérience sportive pour que ces valeurs et principes prennent racine. Tous ceux qui évoluent dans le sport, peu importe le niveau, savent par expérience que ces codes sont souvent des vœux pieux et ne font pas partie de l’essence même des politiques, des programmes et des pratiques. Malheureusement, rares sont les codes qui exercent une telle influence.

Ce n’est pas parce que la tâche n’est pas aisée, et qu’elle requiert une transformation profonde des mentalités, qu’il faut renoncer à fournir au système sportif canadien les Principes Sport pur la matière dont il a besoin pour se nourrir. Il est temps de cesser de mettre ces valeurs en périphérie du sport (chaque jour, on constate les conséquences néfastes de leur absence comme le dopage, le trucage des matchs, la violence, l’exclusion, le harcèlement, la participation en déclin, etc.) et d’en faire l’essence même du sport. Si nous voulons réellement que le sport soit le bien collectif précieux qu’il représente pour les individus, les groupes et notre pays, relevons-nous les manches et exploitons la vraie valeur du sport.

Tags: 
Éthique